Accueil / Finance / Top 10 des levées de fonds du mois de mai

Top 10 des levées de fonds du mois de mai

Quelles ont été les plus grosses levées de fonds réalisées par les startups françaises ? Et le mois de mai a été particulièrement intéressant pour nos jeunes pousses…

85,8 millions, voici le montant total des 10 plus grosses levées de fonds des startups françaises au mois de mai. Un chiffre qui en fait le deuxième mois le plus dynamique après janvier (223 millions d’euros), largement devant le mois dernier (96,3 millions).

Si les services aux entreprises sont très largement représentés dans ce classement, c’est une entreprise B to C, Openclassrooms, qui remporte la première place, avec une levée de fonds de 60 millions d’euros.

#1 OpenClassrooms, formation diplômante en ligne :  60 millions de dollars

En bouclant sa levée de fonds de 60 millions de dollars (soit 51.4 millions d’euros), Openclassrooms a signé la deuxième plus grosse opération de 2018 dans la French Tech . Réalisée principalement auprès du fonds américain General Atlantic, mais aussi de Citizen Capital, Alven et bpifrance, elle doit permettre à la startup d’accélérer la diversification de son offre de formations, notamment en en proposant certaines en anglais.

Depuis 2013, Openclassrooms propose des formations diplômantes en ligne, principalement sur les métiers du numérique. Sa promesse : si un diplômé ne trouve pas d’emploi dans les six mois, ses frais de scolarité lui sont entièrement remboursés !

Depuis le début de l’aventure, les fondateurs d’Openclassrooms sont attentifs à ce que leur entreprise ait un impact social positif en rendant l’éducation accessible. Ils ont donc mis en place un comité chargé d’évaluer l’activité de la startup et de s’assurer qu’elle reste alignée avec ses valeurs.

Par ailleurs, Openclassrooms, qui compte 100 salariés, va en recruter une centaine de plus dans les mois à venir. A vos CVs !

#2 Klaxoon, dynamiser les réunions en entreprises : 42,8 millions d’euros

Klaxoon progresse dans son ambition de rendre les réunions en entreprise dynamiques et efficaces en levant 42,8 millions d’euros auprès de Idinvest, accompagné par bpifrance, Sofiouest et son actionnaire historique, White star capital. La startup rennaise, créée en 2014, avait déjà bouclé un premier tour de table de 5 millions en 2016.

Elle propose des outils numériques à quelques 1.500 clients souhaitant rendre leurs réunions plus ludiques et collaboratives. Parmis eux, quelques grands comptes comme L’Oréal, Nestlé ou Accenture, mais aussi des PME, des associations ou des collectivités.

Klaxoon emploie 150 personnes, et est en train de recruter de nouveaux collaborateurs pour mener les projets de développements liés à cette levée de fonds. Dans son viseur, la R&D et l’internationalisation de l’entreprise qui ne compte pour le moment qu’un petit bureau à New York.

#3 Aircall, solution de téléphonie en entreprise : 25 millions d’euros

La startup parisienne a bouclé ce mois-ci un tour de table de 25 millions d’euros en série B auprès de Draper Esprit, accompagné par Balderton Capital, NextWorld Capital et Newfund. En 4 ans, elle a installé sa solution de téléphonie professionnelle “dans plus de 3.000 entreprises partout dans le monde”, y compris chez Uber ou Birchbox.

Aircall doit se démarquer de concurrents de taille comme Skype, Orange ou encore OVH. Et compte pour cela sur l’intégration de son produit dans les outils de l’entreprise comme les logiciels de CRM (Customer Relationship Management), confiait son cofondateur Jonathan Anguelov aux Echos . Un axe que la startup compte développer, jusqu’à arriver à plus de 100 intégrations possibles en 2019, contre une quinzaine aujourd’hui. Aircall compte également intégrer de l’intelligence artificielle à son produit afin d’en personnaliser les utilisations. Pour ce faire, elle va engager une centaine de nouveaux collaborateurs.

#4 Platform.sh, simplifier les infrastructures Cloud : 14 millions d’euros

Le cloud a le vent en poupe et Plateforme.sh en profite une nouvelle fois avec 14 millions d’euros récoltés auprès de Partech, avec la participation d’Idinvest, Benhamou Global Ventures (Palo Alto) et SNCF Digital Ventures. La startup clôt ainsi sa troisième levée de fond, après 3,2 millions levés en série A puis 5,5 millions en série B en 2014.

Plateform.sh, spin-off de l’entreprise Commerce Guys, permet aux entreprises de déployer des applications dans le Cloud. Elle compte plus de 650 grands comptes parmi ses clients comme Lufthansa, Gap ou Hachette. Cette levée de fonds devrait notamment lui permettre de se déployer de manière plus importante aux Etats-Unis.

#5 Comet, rapprocher freelances et entreprises : 11 millions d’euros

Dénicher les talents tech est une gageure pour les entreprises aujourd’hui, et c’est sur ce créneau que Comet se positionne. Sur sa plateforme, les entreprises peuvent décrire les missions qu’elles proposent, et les freelances déclarer leurs compétences et leurs disponibilités. Tel Tinder, Comet opère un matching entre les deux dans les 48 heures.

Une solution qui plaît manifestement aux investisseurs, puisque la jeune pousse parisienne a levé 11 millions d’euros ce mois-ci auprès de Daphni et Otium Ventures, sept mois seulement après avoir récolté 2 millions en amorçage. Cet argent lui permettra de se développer en Europe, au Royaume-Uni et en Irlande tout d’abord, puis en Allemagne.

#6 Lunchr, digitaliser les tickets restaurant : 11 millions d’euros

Après avoir vendu Teads à Altice pour 285 millions d’euros début 2017, Loïc Soubeyrand s’est lancé dans une nouvelle aventure entrepreneuriale avec Lunchr, qui dématérialise les tickets restaurants. Cette levée de fonds de 11 millions, opérée auprès de Daphni et Idinvest, intervient moins d’un an après la dernière, en amorçage, au cours de laquelle Lunchr avait récolté 2,5 millions.

Grâce à un partenariat avec MasterCard, la carte Lunchr permet de régler la note dans 180.000 restaurants et supermarchés. La startup encourage en outre les salariés à manger ensemble, en permettant aux grandes tablées d’obtenir jusqu’à 30% de réduction sur l’addition de certains restaurants.

Lunchr travaille aujourd’hui avec 600 entreprises et compte séduire de nouveaux clients en embauchant 40 personnes d’ici la fin de l’année.

#7 Gymlib, faire bouger les salariés des entreprises : 10 millions d’euros

“Fit is the new cool”. Le succès de Gymlib incarne parfaitement cette tendance. La startup qui fait bouger les employés d’Accenture, EY ou encore Criteo fait entrer Sodexo à son capital, avec une levée de fonds de 10 millions d’euros. La multinationale est accompagnée dans cette opération par les investisseurs historiques de Gymlib, Aylan Group, Breega Capital et Fa Dièse.

La startup a décidé il y a moins d’un an d’axer son offre sur le B2B, et de la personnaliser encore plus. En plus de proposer des cours de sport aux salariés de ses clients, Gymlib accompagne aujourd’hui les entreprises sur les sujets de bien-être au travail . Cette levée de fonds lui permet de viser un développement à l’international, dans deux ou trois autres pays d’ici la fin de l’année. La startup va en outre passer de 45 à 70 salariés.

#8 eLichens, mesurer la qualité de l’air que l’on respire : 7 millions d’euros

Il faut que tu respires… et pas n’importe quel air. La startup eLichens permet d’analyser la qualité de l’air que nous respirons, dans l’objectif de créer des smart cities, et conçoit des capteurs de gaz brevetés. Ce mois-ci, elle a annoncé une augmentation de capital de 7 millions d’euros, auprès de ses investisseurs historiques et de deux nouveaux entrants.

Cette levée de fonds lui permettra de commercialiser un nombre important de capteurs, à destination des industriels, ainsi que de déployer sa plateforme d’analyse de l’air plus largement.

#9 Welcome to the Jungle, rendre les offres d’emploi “cool” :  7 millions d’euros

Avec Welcome to the Jungle, on ne postule pas dans une entreprise, mais on “rejoint une tribu”. Le site promet d’aider chacun à “trouver la tribu de ses rêves”. On y trouve des entreprises de toutes tailles, qui décrivent leur culture en plus de poster des annonces de job.

Un moyen de rendre le recrutement “cool” qui a plu aux investisseurs de Xange et Kima Ventures, le fonds de Xaviel Niel, ainsi qu’à bpifrance. La startup n’est pas encore rentable, mais envisage de l’être fin 2019, et de s’internationaliser rapidement. Une implantation en Espagne est notamment envisagée.

#10 SurgiMab, mieux visualiser les tumeurs cancéreuses : 6,6 millions d’euros

Dans l’Hérault, SurgiMab travaille à obtenir une meilleure visualisation des cellules cancéreuses grâce à l’imagerie de fluorescence. Cette levée de fonds de 6,6 millions auprès de ses partenaires historiques lui permettra de financer une nouvelle étude clinique impliquant 10 centres, donc la moitié aux Etats-Unis, et portant sur 300 patients.

© DÉBORAH LOYE ■
Vous pouvez découvrir d’autres histoires de réussite sur la première plateforme e-business au Maroc ici
https://ma.klipro.com , et en France ici : https://fr.klipro.com.

A propos klipro-blog

Voir aussi

Klaxit, le futur blablacar des petites distances ?

L’appli de covoiturage domicile-travail Klaxit veut participer activement à la construction de villes durables. C’est …